mardi 23 janvier 2018

Mohammed VI nomme cinq nouveaux ministres dans le gouvernement de Saad-Eddine El Othamani : Saaid Amzazi, Mohamed El Gharrass (MP), Abdelahad Fassi-Fihri (PPS), Anas Doukkali (PPS), Mouhcine Jazouli

Le roi Mohammed VI a reçu aujourd’hui (lundi 22 janvier 2018) à Rabat, le Chef du gouvernement Saad-Eddine El Othmani, pour approuver les propositions de nomination aux postes ministériels vacants.
Le Souverain a validé les profils proposés par El Othmani. Ainsi, Saaid Amzazi, président de l’Université Mohammed V de Rabat, a été nommé nouveau ministre de l’Éducation nationale. Ce membre du MP remplace Mohamed Hassad qui a été limogé dans le cadre de l’enquête sur les chantiers d’Al Hoceima. Mohamed El Gharrass (MP) a de son côté été nommé nouveau Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur, de la Formation professionnelle et de la Recherche scientifique, chargé de la formation professionnelle, en remplacement de Larbi Bencheikh.

Quant à Abdelahad Fassi-Fihri (PPS), il occupera le poste de ministre de l'Aménagement du territoire, de l'Urbanisme, de l’Habitat, et de la Politique de la ville, après le limogeage de Nabil Benabdellah. Enfin, Anas Doukkali (PPS) est le nouveau ministre de la Santé, poste auparavant occupé par El Houcine Louardi. 

Rappelons que les ex-ministres avaient quitté le gouvernement suite à la colère royale concernant les retards accusés dans les projets de développement d'Al Hoceima. A noter que Mouhcine Jazouli a été nommé ministre délégué chargé de la Coopération africaine, poste nouvellement créé.

Abdelahad El Fassi Fihri, ministre de l'Habitat

Abdelahad El Fassi Fihri

Diplômé de l'École supérieure de commerce de Paris, le nouveau ministre de l'Habitat et de la Politique de la ville est un spécialiste de la gouvernance. Né à El Jadida en 1952, d'un père juge et d'une mère au foyer, Abdelahad El Fassi a fait ses armes "dans une société spécialisée dans l'informatique, dans les années 1980", nous confie son frère Omar El Fassi Fihri, le secrétaire perpétuel de l'Académie Hassan II des Sciences et Techniques.

Ancien directeur des études du défunt Institut Supérieur de l'Administration (ISA), ce cador du PPS est réputé très discret. "Il est très discret, mais c'est une tête bien faite. Une personne qui brille par sa modestie et sa grande compétence, en tant que spécialiste de tout ce qui est gouvernance", témoigne Moulay Ismaïl Alaoui.

Anas Doukkali au ministère de la Santé

Anass Doukkali
Anas Doukkali est assez peu connu du grand public. Il a exercé la majeure partie de sa carrière dans l'enseignement et la recherche scientifique. En effet, il est titulaire d’un doctorat en physique et chimie de la faculté des sciences de Rabat.

Il a ensuite été, entre 2002 et 2005, chercheur au Centre national de l'énergie, des sciences et des techniques nucléaires (CNESTEN), puis professeur assistant à la faculté polydisciplinaire de Taza. Depuis 2007, il est professeur assistant à la faculté de médecine et de pharmacie de Rabat.

Anas Doukkali est aussi une des figures du PPS. Après avoir occupé plusieurs postes de responsabilités au niveau local et notamment à Rabat, il est élu député PPS au sein du groupe du Progrès démocratique en novembre 2011. Parallèlement à son travail de député, le professeur est également membre du conseil de la ville de Rabat depuis 2003. Depuis 2009, il est membre du conseil Préfectoral de Rabat.

Le 16 janvier 2015, Anas Doukkali est désigné directeur général de l’ANAPEC. Et depuis, il n’a pas chômé. En mai la même année, il est élu vice-président de l’AMSEP (Association mondiale des services d'emplois publics dont est membre l’ANAPEC) pour la région Moyen-Orient et Afrique du nord pour la période 2015-2018.

S’inscrivant dans la dynamique d’offensive diplomatique sur le continent africain, Anas Doukkali rejoint, en mai 2017, le bureau exécutif du Réseau africain des politiques et services d’emploi (qui dépend de l’AMSEP), une plate-forme de coopération Sud-Sud sur l’emploi qui regroupe de nombreux pays de l’Afrique de l’Ouest et de l’Afrique centrale.

Saïd Amzazi, ministre de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique

Saaïd Amzazi

Président de l'Université Mohammed V depuis janvier 2015, Saaïd Amzazi a récemment rejoint les rangs du Mouvement populaire où il a organisé en octobre dernier l'Université populaire du parti. C'est une figure connue du monde des milieux de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Saaïd Amzazi a occupé, entre 2011 et 2015, le poste de doyen de la faculté des sciences de l'université Mohammed V-Agdal. Il a également officié en tant que président de la commission pédagogique au sein du conseil de la faculté des sciences de 2003 à 2011, puis en tant que président de cette même commission au niveau du conseil de l'université. En 2006, Saaïd Amzazi a été propulsé au poste de vice-doyen chargé des affaires académiques à la faculté des Sciences.

Il a obtenu un doctorat en biologie à la faculté de médecine de l'université Mohammed V-Agdal, ainsi qu'à l'université Pierre et Marie Curie de Paris. Il est aussi membre fondateur de la Société marocaine de biochimie et biologie moléculaire (SMBBM), de la Société marocaine d'immunologie (SMI), l'Association marocaine de biosécurité (AMBS), ainsi que l'International Society for Forensic Genetics (ISFG), entre autres.

Mohamed El Gherrass, secrétaire d'Etat chargé de la Formation professionnelle

Mohamed El Gherrass

Mohamed El Gherrass, qui a été nommé par le roi Mohammed VI, lundi 24 janvier, au poste de secrétaire d'Etat chargé de la Formation professionnelle, est l’un des jeunes cadres MP qui ont gravi les échelons grâce à leur mérite.

Mohamed El Gherrass nommé au poste de secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Education nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, chargé de la Formation professionnelle, est un militant du Mouvement populaire (MP) à qui l’on prête beaucoup de qualités professionnelles.
Ce natif de Kénitra s’est fait particulièrement remarquer dans tous les postes qu’il a occupés auparavant. Lauréat de la 2e promotion de l’Université Al Akhawayn, il a obtenu un master et un doctorat dans une université sud-coréenne.
Avant sa nouvelle nomination, il était secrétaire général par intérim du Ministère de la Jeunesse et des sports, poste qu’il occupait depuis novembre dernier.

Mohcine Jazouli, ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, chargé de la Coopération africaine

                                         
Mohcine Jazouli, actuel patron du cabinet conseil Valyans, a été nommé ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, chargé de la Coopération africaine. Mohcine Jazouli est le président fondateur de Valyans Consulting, cabinet conseil spécialisé en stratégie et en organisation des entreprises. Très apprécié dans les milieux d'affaires, il a fait de Valyans un cabinet de standard international. Il est considéré comme un excellent connaisseur du monde de l'entreprise, compétent et efficace.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Subscribe via email

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner